16/04/2008

110.000 belges basculent dans la pauvreté

110.000 belges basculent dans la pauvreté
Les associations souhaiteraient la construction de 150.000 logements.

ACTU - Un collectif de neuf associations a développé un "baromètre de la pauvreté" afin de mesurer son évolution. Mais surtout pour tenter de faire bouger les choses d'ici 2017.

(m24/belga) - Peu de choses ont été faites ces dernières années pour lutter contre la pauvreté, estiment les associations qui travaillent autour de cette problématique.

C'est pourquoi elles ont développé un "Baromètre de la pauvreté" permettant de mesurer la pauvreté au regard de six critères. Grâce à celui-ci, les associations espèrent pouvoir mesurer l'évolution de la pauvreté dans les années à venir.

 

Six objectifs pour 2017

L'an dernier, un collectif de neuf associations qui luttent contre la pauvreté a formulé six objectifs à atteindre pour 2017. Par exemple, le collectif espère :

  1. réduire de moitié le nombre de familles où aucun parent ne travaille;
  2. la construction de 150.000 logements en bon état à des prix accessibles, dont une moitié de logements sociaux;
  3. une réduction de moitié des inégalités en matière de santé entre riches et pauvres;
  4. voir chaque famille bénéficier au minimum d'un salaire dépassant le seuil de pauvreté européen.


"Nous sommes particulièrement inquiets du manque de sérieux et d'énergie que ce gouvernement affiche dans la lutte contre la pauvreté", expliquent les associations. "Le budget et le budget pluriannuel doivent apporter une réponse à la pauvreté croissante. Cependant, ce n'est pas ce que nous voyons aujourd'hui". Jos Geysels, président du collectif, insiste sur le fait que des actions urgentes sont nécessaires afin d'améliorer la situation des pauvres dans notre pays.

 

Six indicateurs pour un état des lieux annuel

Afin de mesurer l'évolution de la politique de lutte contre la pauvreté durant les neuf prochaines années, un "Baromètre de la pauvreté" a été mis au point par le groupe d'étude Pauvreté, Exclusion sociale et Ville (Onderzoeksgroep Armoede, Sociale uitsluiting en de Stad) de l'Université d'Anvers.

Grâce à ce baromètre, un état des lieux sera réalisé chaque année au regard de six indicateurs:

  1. revenus,
  2. emploi,
  3. santé,
  4. logement,
  5. enseignement,
  6. vie en société.


Pour 2008, le baromètre se trouve encore à zéro, car cette année servira de référence.

 

La pauvreté en Belgique en 2008
  1. Environ 1,5 million de personnes vivent dans une famille où le risque de pauvreté est élevé.
  2. Près de 700.000 personnes vivent sous le seuil de pauvreté et sont tous les jours confrontées à des problèmes pratiques en raison de leur situation financière. Ainsi, une famille sur cinq n'a pas les moyens d'acheter une nouvelle machine à laver si leur machine ne fonctionne plus.
  3. 26% des familles monoparentales doivent remettre des dépenses en matière de santé à plus tard pour des raisons financières.(source 7 sur 7)
Note de JMP c'est honteux vous ne trouvez pas ?

Commentaires




AUGMENTATION SCANDALEUSE, DES DOTATIONS ROYALES ET PRINCIERES EN BELGIQUE

Le 15 mai 2008

Par Guillaume
Les journaux publient ce 15 mai 2008 les augmentations des dotations royales et princières en Belgique. Ces augmentations ou indexations, exemptées de toutes charges sociales et impôts, sont tellement exorbitantes et injustifiées, que c'est un véritable scandale dont est responsable le gouvernement actuel.
Dans le budget de 2008, le Roi est augmenté de 481.000 euros, Fabiola (80 ans) veuve du Roi Baudouin (elle n'a jamais été Reine), 73.000 euros nets (2.944.812 fb) le prince Philippe de 51.000 euros nets (2.057.334 fb), la princesse Astrid 18.000 euros nets (761.118 fb) et le prince Laurent 17.000 euros nets. (685.778 fb).
Les dotations royales et princières sont augmentées de 5,5 % dans le budget 2008 par rapport à l'année précédente. La Liste civile du Roi est fixée à 10,2 millions d'euros (+5,1%), la veuve du Roi Baudouin touchera 1,52 millions d'euros (+5,1 %), le prince Philippe 961.000 euros (+ 5,6 %) la princesse Astrid 333.000 euros (+ 5,7%), le prince Laurent 319.000 euros (+ 5,6%). (1)
Le montant total de la liste civile et des dotations à la famille royale s'élève ainsi à 13,04 millions d'euros, soit une augmentation de 640.000 euros ou env.26 millions de francs belges. Avec 10,2 millions d'euros le Roi est bien soigné, vu que la Reine Béatrix n'a que 4,2 millions d'euros.
La famille royale dispose gratuitement de plusieurs palais royaux mis à leur disposition et entretenus par la Donation royale. Les palais du Roi sont chauffés à charge du contribuable. La Donation royale chargée de l'entretien des Palais, reçoit annuellement, quelques dizaines de millions d'euros de la Loterie nationale. Autrement dit de l'argent du contribuable. Elle bénéficie aussi de 137 fonctionnaires mis à sa disposition aux frais du contribuable. (2)

Il y a en Belgique 1,5 million de personnes vivant dans la pauvreté (allocataires sociaux). (3) Beaucoup de Belges vivent avec une pension de 800 euros. L'indexation de leur pension leur rapporte 18 euros. Un ouvrier avec un salaire brut mensuel de 1735 euros reçoit 39,03 euros bruts d'augmentation et n'aura finalement net qu'environ 20 euros d'augmentation. Il y a des couples pensionnés qui vivent avec une pension de 992 euros par mois. Leur pension est indexée de 2,25 %, autrement dit de 22.32 euros.

L'indexation des dotations royales ne sont pas de 5, 2 ou 5, 7 %, mais de 11 à 12%, vu qu'elles sont exemptes de toute charge quelconque et d'impôts. Comme les montants des dotations sont astronomiques, les augmentations le sont aussi.

La dette publique fédérale belge est colossale: 289.748.387.561,00 euros, (4) la misère sociale s'étend de plus en plus, le déficit budgétaire s'annonce important. C'est dans un tel contexte social, que nos ministres irresponsables, font des libéralités injustifiables et injustifiées à la richissime famille royale belge, qui n'en a pas besoin et qui touche déjà des sommes astronomiques, exorbitantes, démesurées, à charge du contribuable.

Ce gouvernement ne combat pas le déficit budgétaire annoncé, mais l'augmente d'un cadeau d'env. 650.000 euros à la famille royale, alors que la liste civile du Roi devrait être diminuée et les dotations aux enfants du Roi supprimées.

Le Budget 2008 n'a toujours pas été voté au parlement. C'est un scandale et du jamais vu, mais aussi une preuve d'inertie et d'incompétence de ce gouvernement. On dit que ce gouvernement ne décide rien. Il vient de prouver le contraire, mais en dilapidant l'argent du contribuable pour enrichir la famille royale.

A quand un président de la République belge, alternativement un Flamand et un Francophone, élu pour 5 ans directement ou indirectement. Il peut être élu sur une liste à joindre à celles des parlementaires à choisir. Cela ne coûte électoralement rien de plus. Il pourrait aussi être choisi par le parlement fédéral. Ce président aurait 1 palais et un traitement égal à celui de président de la Chambre % 15 % au lieu de 9,928 millions d'euros que perçoit le Roi Albert II. Un prince ou une princesse en Belgique gagne, pour ne rien faire, beaucoup plus que le président de la France ou que notre premier ministre belge, qui travaillent et ne sont pas exemptés d'impôts. Tant que les socialistes belges, soutiennent le régime monarchique, comme étant démocratique, il ne faut pas espérer un changement.

Fini, les libéralités aux princes et princesses. Fini l'entretien de plusieurs palais, de plusieurs princes et princesses, qui font des déplacements coûteux et inutiles aux frais du contribuable à l'intérieur et à l'extérieur du pays. La princesse Astrid a été vivre pendant 10 ans en Suisse. Personne ne s'en est aperçu. En revenant en Belgique, on lui a octroyé immédiatement une grosse dotation, comme si le pays, du jour au lendemain, avait en une fois besoin d'elle.

Guillaume
1. Soirmag.be http://soirmag.lesoir.be/actualite/ActuSM/les-dotations-royale-et-2008-05-14-598143.shtml et le journal De Morgen du 17.5.2008
2. Q.R. Sénat d eBelgique . Bulletin 2-2, session 1999-2000
3.WorkForAll - http://www.workforall.org/forum/html/modules/news/article.php?storyid=18
4. Dette de l'Etat fédéralLa dette de l'Etat fédéral couvre la dette émise ou reprise par le pouvoir fédéral ainsi que les dettes de certains autres organismes (notamment le FADELS) pour lesquelles l'Etat fédéral intervient dans les charges financières, à l'exclusion de la dette des entités fédérées (Communautés et Régions), des pouvoirs locaux, de la Sécurité Sociale, et à l'exclusion également des dettes garanties par l'Etat fédéral, dont ce dernier ne supporte pas effectivement les charges

Écrit par : guillaume | 30/05/2008

Répondre à ce commentaire

Il est exceptionnelle votre blogging, prompte, pratique, nous l'aime bien, est ce que la conception d'un tel blog est gratuite ?

Écrit par : parier sur france honduras | 12/06/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.